Paysage Otammari, zoom sur le baobab

Le baobab est un arbre sacré pour le peuple Otammari.

Il grandit très lentement et peut vivre pendant plus de 2000 ans. La vie d’un Otammari est liée à cet arbre parce que, là où vit l’Otammari, la présence du baobab le rassure et le protège. Considéré comme l’arbre à palabre, le baobab est l’arbre qu’on retrouve le plus à l’entrée de la plupart des Tata.

Les lieux de culte sont largement symbolisés par cet arbre. Il a également une fonction culturelle parce qu’il abrite des divinités, des sanctuaires pour l’initiation des jeunes filles et des jeunes garçons. Il intervient dans la plupart des rites de cérémonies notamment dans ceux funéraires. C’est dire que le baobab représente l’âme du peuple Otammari. Les paysans de la zone de Koutammakou préservent systématiquement les pieds de baobabs lors des travaux champêtres.

Quant aux bienfaits de cet arbre, ils sont nutritionnels, thérapeutiques et très variés. Comme exemple, la pulpe extraite du fruit du baobab (pain de singe) sucré est très riche en fer, fibre végétale et en vitamine C qui peut être utilisée après un effort physique (jus, bouillie, etc.). Elle est aussi utilisée contre la fièvre et la diarrhée. La feuille du baobab, antidiarrhéique et anti-inflammatoire, peut se consommer comme un légume ou un condiment.
Le baobab sous toutes ses formes se trouve en pharmacie ou dans les magasins bio. Il constitue une source inépuisable de nourriture et de médicaments traditionnels. Le baobab (par ses produits) permet d’améliorer les revenus et modifier les habitudes alimentaires du peuple Tammari. L’usage des produits du baobab a pris une importance capitale au point où sa protection et son développement devraient rentrer dans les habitudes des sylviculteurs.

Certains circuits touristiques de la destination ‘’La Route des Tata’’ vous propose la visite de géants baobabs creux.

Partagez

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Voir aussi